fbpx
Que faire au potager en juillet
Conseils,  Mois-par-mois

Que faire au potager en Juillet ?

Salut les jardiniers, ça y est c’est parti pour le mois de juillet, alors comme d’habitude petit article pour vous faire un tour d’horizon de ce qui nous attend au potager pour le mois à venir!

À ce stade de la saison, l’essentiel des cultures est déjà bien lancé et avancé, et vous avez même peut-être la chance de déguster vos premières récoltes de légumes primeurs.

Et pour certaines cultures il commence même à faire trop chaud, comme les épinards et les laitues de printemps, qui craignent la chaleur et montent déjà en graines.

Du coup, au mois de juillet, l’activité des semis et plantations est fortement ralentie par rapport aux mois précédents et on profite de l’été qui s’installe. On commence à rentrer dans la période des récoltes foisonnantes, et l’essentiel de l’activité au potager va maintenant se concentrer sur les travaux d’entretien. Finalement, on se contente d’accompagner les cultures avec les bons gestes de prévention des maladies pour mener à terme nos cultures dans les meilleures conditions.

Semis et plantations du mois de Juillet

En ce début juillet, c’est la dernière limite pour semer et planter :

  • Les laitues d’été qui résisteront mieux à la chaleur que les laitues de printemps
  • Les radis
  • Les haricots pour une récolte tardive de fin d’été
  • Les betteraves crapaudines à la saveur incomparable
  • Les fenouils

S’il reste de la place, on peut aussi (re)semer des carottes et des navets boule d’or pour avoir des petits légumes primeurs en septembre-octobre.

En revanche, si on attend trop pour semer, les graines germeront mais il n’y aura pas assez de temps avant le retour de la saison froide pour que les fruits grossissent et pour mener à bien les cultures jusqu’à la récolte.

En ce qui me concerne, cette année je vais profiter de la place laissée libre après la récolte des pommes de terre primeures pour tenter un semi tardif de courgettes pour essayer d’en avoir en arrière-saison jusqu’en octobre…

Ce serait trop tard pour des tomates qui ont vraiment besoin de chaleur pour mûrir et rougir, mais j’ai bon espoir que cela fonctionne avec les courgettes, qui restent une culture au développement assez rapide 🤞. 

Récoltes de Juillet

Pour les chanceux qui cultivent leur potager en région Sud sous climat avantageux, ou qui sont équipés de serres ou de tunnels de maraîchage, il est déjà possible de récolter les premières tomates précoces.

Mais pour nous autres qui évoluons sous climat plus standard, il va encore falloir patienter 🤷‍♀️. Dans mon potager, les plants sont en fleurs, et les grappes sont à peine formées. Il va plus probablement falloir attendre la fin du mois pour que les fruits grossissent, voire le mois d’août pour récolter des tomates rouges et mûres à point. Surtout cette année compte-tenu du retard pris au printemps suite à une météo particulièrement capricieuse 😩 . 

En revanche, on se régale un peu partout de belles laitues et de fraises

Les fraises au potager en carrés
Belle récolte de fraises au potager en carrés !

La cueillette des petits pois continue, et on récolte les premiers haricots. 

Pois mangetout 2021
Pois mangetout 2021

Le mois de juillet c’est aussi le moment de ramasser les premières pommes de terre nouvelles 🥔 , 90 jours après la plantation. Issues du potager bio, on les mange avec la peau toute fine pour profiter d’un maximum de vitamines et nutriments. Pour des pommes de terre de conservation, on attendra 110 voire 120 jours, mais personnellement je les adore en primeur.

En juillet, c’est aussi la saison :

  • des blettes 🥬 qui nous régalent de leur beau feuillage et de leurs cardes multicolores
  • des artichauts
  • des premiers concombres 🥒
  • et bien sûr des incontournables radis, qu’on continue de semer de façon échelonnée toutes les 3 semaines pour en avoir tout l’été. 

Entretien du potager en juillet

Comme je le disais en introduction, après tout le travail de semis et de mise en place effectué au printemps, la grosse mission du jardinier au mois de juillet, c’est l’entretien des cultures potager.

Pour cela des visites fréquentes du potager, permettent de surveiller que tout se passe comme prévu et de rapidement identifier si une intervention est nécessaire. 

La plupart du temps on parvient à résoudre les problèmes au naturel, mais si on attend trop, on risque de gâcher de belles récoltes…

L’arrosage, essentiel au potager en juillet 

Du côté des travaux d’entretien du potager au mois de juillet, on veillera naturellement à un bon arrosage, en fonction de la météo. S’il fait chaud et sec, le potager va avoir besoin d’eau. On arrosera de préférence en soirée pour éviter trop d’évaporation inutile en pleine journée. 

Si on doit s’absenter, ou tout simplement pour gagner du temps, l’idéal est d’installer un système d’arrosage automatique.

Sivous voulez revoir la video que j’avais publiée l’année dernière sur le sujet, je vous remets le lien ici :

Rafraichir le paillage installé en début de saison

Pour réduire les besoins d’arrosage, et si ce n’est pas dejà fait, on veillera également à installer un bon paillage épais, pour garder le sol au frais. Si on a déjà installé un paillage, on vérifie qu’il n’en manque pas, voire on en rajoute une couche si on doit s’absenter un petit moment. 

Tuteurer et tailler les plants qui le nécessitent

Les plants au début tout petits se sont bien developpés et certaines plantes potagères ont maintenant besoin d’être soutenues par un tuteur.

En effet, c’est essentiel pour les plants qui portent des fruits lourds sur des tiges fines. Avec le poids des fruits, les tiges risquent de ployer et de se briser, surtout si les plants sont chahutés lors d’un orage.

C’est le cas des tomates mais aussi de certains légumes-fruits qu’on fait pousser sur un palissage quand on veut gagner de la place en hauteur. Pour vous donner un exemple c’est ce que je fais chez moi pour cultiver des concombres, une culture assez coureuse que je fais grimper sur un support vertical pour gagner de la place au sol.

Ensuite, après le tuteurage vient le sujet de la taille des plants. Ici chacun fait comme il veut en fonction de son ressenti, de la place disponible et des espérances de récoltes.

De mon coté, avec l’expérience de plusieurs saisons au potager en carrés, j’ai pris le parti de tailler mes plants de tomates et de pincer les gourmands pour ne les conduire que sur 1 ou 2 tiges principales. Au delà je trouve que je me laisse trop déborder, avec des plants qui buissonnent tellement qu’ils en empiètent sur les autres cultures, et ont tendance à développer plus de maladies, au détriment de la qualité des récoltes.

Idem pour les cucurbitacées, qu’on peut pincer pour favoriser l’apparition de nouvelles ramifications et obtenir plus de fruits sur le même pied mère.

Soutenir la croissance avec un apport d’engrais naturels

En cette période de forte croissance végétale, il peut être utile d’apporter régulièrement un engrais pour continuer à nourrir les plantes gourmandes en azote, phosphore et potassium. C’est le cas si on repère que le feuillage a tendance à se décolorer ou que la croissance ralentit.

On visera de préférence les engrais organiques naturels, utilisables en agriculture bio, comme le sang séché, l’urine diluée, les fiantes de volaille, les purins d’ortie ou de consoude, les cendres de bois, la poudre d’os etc.

Surveiller les maladies
  • Mildiou : si le mois de juillet est doux et pluvieux, on se méfiera du mildiou, un champignon qui se développe par temps humide entre 15 et 25 degrés, et attaque entre autres les tomates, les pommes de terre et la vigne. Une attaque sévère de mildiou peut sérieusement compromettre la santé des plants et gâter la récolte. La vaporisation de décoction d’ail ou de bicarbonate de soude peut freiner la propagation du champignon, mais la prévention reste de mise avec une bonne aération des feuillages pour favoriser une bonne ventilation et un bon séchage des feuilles après la pluie, voire l’installation de protections (tunnels) si la région est très humide. La bouillie bordelaise, fongicide puissant à base de sulfate de cuivre, est fréquemment utilisée comme arme contre le mildiou mais attention, l’accumulation de cuivre dans les sols est très néfaste pour la vie du sol et peut engendrer des problèmes de pollution à long terme.
  • Oïdium : autre champignon souvent présent au potager, l’oïdium se développe très fréquemment sur les courges et courgettes, en recouvrant le feuillage d’une pellicule blanchâtre. Rarement très grave, s’il garde des proportions raisonnable, l’oïdum peut devenir problématique s’il atteint une grande partie de la plante précocement avant la formation des fruits.
Aérer et humidifier le compost

Enfin, par temps chaud et sec, il faut aussi penser à retourner et humidifier régulièrement le tas de compost pour que les processus de décomposition se fassent bien.

Voilà pour cet aperçu du mois de juillet au potager, j’espère que tout se passe bien dans vos potagers et plus que jamais je vous souhaite un bel été et de belles récoltes 😁!


Pour aller plus loin vous pouvez retrouver la méthode exacte que j’applique chez moi dans mon potager et découvrir ma formation « 40kg de Légumes en Partant de Zéro ».

Cette formation en video, c’est le plan d’action de A à Z pour installer rapidement un petit potager productif dans votre jardin et déguster des l’été prochain vos propres légumes du jardin 😋 .

La formation 40kg de Légumes en Partant de Zéro